2541 Smash | YCCallmeJulie

La bannière doit faire 1005 x 239 pixels

YCCallmeJulie
mes pérégrinations dans l'entertainment lesbien (et gay)
A l'heure américaine | 21.05.2012 - 16 h 02 | 2 COMMENTAIRES
La nouvelle heure américaine: semaine 21 – 2012

Étiquettes : , , , ,

Au bout du compte, au vu de cette semaine et des quelques oublis lors de la précédente, on ne peut pas dire que cette dernière manquait d’intensité: ainsi, aux nombreux tomber de rideaux déjà annoncés, fallait-il ajouter la semaine dernière ceux de Community (dont était diffusé en fait un double épisode), Scandal (dont la première saison est donc tronquée à sept épisodes), Missing (la bien-nommée, qui disparaît après dix au compteur) et Smash.

Cette semaine marque donc la véritable coda de la partition 2011-2012 des networks, les miettes restantes n’étant, en toute objectivité, que menu fretin – je ne parle pas des chaînes du câble, évidemment.

On ne reparlera ainsi jamais plus (renouvelées ou non), de Betty White’s Off Their Rockers, de Harry’s Law (dont le finale est finalement diffusé cette semaine), d’Awake : pas de surprise, elles étaient pratiquement condamnées à l’avance – et je m’étonnerais toujours, la faute à une aberration calendaire, d’avoir annoncé tous les épisodes d’une série qui n’intéresse personne comme celle de Betty White. Par contre, c’est dommage pour Awake, mais c’était facile de prévoir qu’une telle série, même si elle n’était pas parfaite, était condamnée à être une dead series walking dès son pilote, bien trop audacieux pour perdurer sur un network – alors sur la poisseuse NBC, en plus.

Bien que, pour la plupart, ce soit déjà fait, on ne reparlera surtout plus jamais de House, qui, comme Desperate Housewives mais avec encore un contraste encore plus violent, se termine dans une indifférence généralisée après marqué son époque, avoir explosé les records et cotoyé les sommets.

Enfin, comme chaque année, les plus grand succès auront été gardés au chaud pour clore le bal. Même si Glee n’aura jamais été propulsée aussi haut que la FOX l’aurait voulu – la faute à une surestimation démesurée à ses tous débuts, elle demeure néanmoins une valeur sûre pour la chaîne qui la déplacera à la soirée «poids lourds» la saison prochaine… Enfin, poids lourds historiquement parlant, puisque le vrai bulldozer, celui qui n’a cessé de se confirmer pour devenir, de très loin, le vrai champion des networks, est bien évidemment Modern Family, qui, en terminant sa troisième saison, emmène aussi avec elle ses protégés, Don’t Trust The Bitch in Apartment 23 (dont les épisodes restants seront intégrés dans la saison 2), The Middle et Revenge. Il faudra ensuite se tourner du côté du câble pour récupérer sa ration, et se contenter des quelques amuse-gueules qui seront probablement distillés par les networks durant l’été.

http://youtu.be/pztu9Sj1h8Q
http://youtu.be/h7s6BDqRp4M
http://youtu.be/MHw2uhRBMnc

Lundi 21 mai

  • House 8.22 – Everyone Dies (series finale)
  • The Secret Life of the American Teenager 4.22 – The Text Best Thing

Mardi 22 mai

  • Cougar Town diffusion des épisodes 3.14 &3.15 le 29 mai
  • Glee 3.22 – Goodbye (season finale)

Mercredi 23 mai

  • Best Friends Forever diffusion de l’épisode 1.05 le 1er juin
  • Betty White’s Off Their Rockers 1.12 – Episode 12 (season finale)
  • Don’t Trust the B—- in Apartment 23 1.06 – Shitagi Nashi… (season finale)
  • Law & Order : SVU 13.23 – Rhodium Nights
  • Modern Family 3.24 – Baby on Board (season finale)
  • Revenge 1.22 – Reckoning (season finale)
  • The Middle 3.22 – The Wedding (season finale)

Jeudi 24 mai

  • Awake 1.13 – Turtle All the Way Down (series finale)
  • Touch diffusion des épisodes 1.11 & 1.12 le 31 mai

Vendredi 25 mai

  • Common Law diffusion de l’épisode 1.03 le 1er juin
  • Fairly Legal diffusion de l’épisode 2.11 le 1er juin
  • Magic City diffusion de l’épisode 1.08 le 1er juin

Samedi 26 mai

  • The Firm 1.18 – Chapter Eighteen

Dimanche 27 mai

  • Game Of Thrones 2.09 – Blackwater
  • Girls 1.07 – Welcome to Bushwick a.k.a. The Crackcident
  • Harry’s Law 2.22 – Onwards and Upwards (season finale)
  • Mad Men 5.11 – The Other Woman
  • Nurse Jackie diffusion de l’épisode 4.08 le 03 juin
  • NYC 22 1.05 – Self-Cleaning Oven
  • The Big C diffusion de l’épisode 3.08 le 03 juin
  • The Borgias diffusion de l’épisode 2.08 le 03 juin
  • The Killing 2.10 – 72 Hours
  • Veep 1.06 – Baseball

Pendant ce temps, en attendant la suite et fin des annonces pour la grille 2012-2013, on sait déjà que manqueront notamment à l’appel:

  • A Gifted Man
  • Alcatraz
  • Are You There, Chelsea?
  • Awake
  • Bent
  • Best Friends Forever
  • Charlie’s Angels
  • Chuck
  • Desperate Housewives
  • GCB
  • Harry’s Law
  • House
  • Missing
  • NYC 22
  • One Tree Hill
  • Pan Am
  • Prime Suspect (US)
  • Ringer
  • The Firm
  • The Playboy Club
  • The River
  • The Secret Circle
  • Terra nova
  • Unforgettable
  • Work It

Et seront de retour:

  • Body of Proof
  • Castle
  • Community
  • Cougar Town
  • Don’t Trust The Bitch in Apartment 23
  • Fringe
  • Glee
  • Gossip Girl
  • Grey’s Anatomy
  • Happy Endings
  • Hart of Dixie
  • How I Met Your Mother
  • Law & Order: SVU
  • Modern Family
  • New Girl
  • Nikita
  • Once Upon A Time
  • Parenthood
  • Parks & Recreation
  • Private Practice
  • Raising Hope
  • Revenge
  • Scandal
  • Smash
  • Suburgatory
  • Supernatural
  • The Big Bang Theory
  • The Good Wife
  • The Middle
  • The Office
  • The Simpsons
  • The Vampire Diaries
  • Touch
  • Up All Night
  • 2 Broke Girls
  • 30 Rock
  • 90210

 

Parmi les changements notables, on notera:

  • Les saisons finales de Gossip GirlFringe et 30 Rock respectivement pour 11 (pour la première) et 13 épisodes
  • Beaucoup de déplacements avec les décalages de Don’t Trust The Bitch in Apartment 23 et Happy Endings au mardi, Supernatural au mercredi, Glee au jeudi, Touch, Community au vendredi, Revenge au dimanche. De gros fights perspective donc, comme Glee vs. Grey’s Anatomy vs. The Office/Parks & Recreation ou encore Revenge (qui hérite de la lourde tâche de retenir le public de Desperate Housewives) vs. The Good Wife – j’espère vraiment que ces deux-là ne se piétinent pas trop et parviendront à coexister.
  • Cougar Town, qui a été annulée par ABC, repêchée sur le câble par TBS et sera éventuellement rebaptisée.
  • Sans compter les nouvelles séries qui devront relever le challenge de revitaliser une grille hebdomadaire qui aura brillé cette saison par ses dégringolades audimatiques et autres déceptions.

 

 

A l'heure américaine | 13.03.2012 - 12 h 18 | 7 COMMENTAIRES
La nouvelle heure américaine : semaine 11 – 2012

Étiquettes : , , , , , , ,

[Je dois dire un grand merci à NecRubikon, qui se donne à fond cette semaine pour faire vivre ce blog et entame ses posts avec une parodie décalée en hommage à quelques ambitieuses bitches, frustrées ou déçues du grand écran]

Eve H. est une salope. Pas de pointillés, de guillemets ni d’euphémisme, elle en est une, pure souche. Depuis qu’elle qu’elle a découvert le blog d’YCCallmeJulie, elle n’a cessé de rêver de ce jour où elle pourrait enfin être au devant de la scène, reprendre la rubrique inaugurale du lundi et ainsi briller enfin sous les milles feux de cette rampe. Elle a même créé un compte doublon pour exprimer, en commentaires, son « chagrin » suite à l’annonce de la maîtresse des lieux. Quelle vile manipulatrice… Contentons-nous de nous réjouir d’avoir le recul et la maturité nécessaires pour comprendre que ce genre de petites manigances ont inévitablement une date de péremption, car c’est un fait connu qu’une « nouvelle Anne B. » finit toujours par poindre le bout de son nez pour supplanter la vieillissante Eve H. Pute! Ayons néanmoins l’humilité et la bonté de cœur de lui laisser pour un temps l’illusion que lui renvoie ce miroir déformant. Surtout que, bon, elle prend quand même presque toute la place. [All about Eve]

Bonjour à toutes et à tous. Je suis tellement heureuse et honorée d’être parmi vous présenter cette nouvelle version de la rubrique « A l’heure américaine ». Je n’aurais ja-mais imaginé qu’un jour, une telle opportunité me serait offerte, à moi, qui n’était qu’une simple jeune fille débarquant avec ses rêves de la province de Deep River, de l’Ontario. Mais comme YCCallmeJulie est visiblement consumée par les effets de la fatigue due à son statut de vétéran – et à l’épanouissement de sa vie personnelle, Dieu, c’est d’un ennuyeux – je ne pouvais pas ne pas saisir l’opportunité, enfin, vous laisser, vous, mon public, mon auditoire tant chéri, en manque d’ « A l’Heure Américaine » hebdomadaire. J’ai d’ailleurs rebaptisé à l’occasion la rubrique, en toute simplicité, « A l’Heure de la Nouvelle Américaine: Mitt Romney pour 2012 », bien que ce titre soit encore soumis sous réserve de modification (si Obama repasse, par exemple).

L’événement de la semaine, celui à marquer au fer rouge, est bien évidemment le season finale de The Walking Dead, que l’on attend avec la plus la plus grande ferveur vu que, passé un début de saison assez raté, la série a grandement accumulé en tension et en qualité ces dernières semaines. Il n’y a donc pas de raison que d’espérer que la conclusion de cette saison se termine dans le plus brutal des carnages.

Sinon, la grande nouveauté de la semaine dernière était donc GCB, nouvelle série de Mike Kelley, créateur de l’excellent Swingtown, retiré de la grille de CBS pour ses audiences décevantes mais surtout son sujet trop polémique – une communauté d’échangistes dans une banlieue américaine – pour le public de CBS (à l’origine, probablement du très successful « One Million Moms »). Ou l’histoire d’une ancienne « queen B. » (Leslie Bibb) de retour dans sa ville natale, Dallas, où elle retrouve ses anciennes « camarades » du lycée (menées par Kristin Chenoweth, de Pushing Daisies) qui fomentent ainsi leur vengeance contre la « mean girl » en chef de l’époque, bien que cette dernière assure avoir changé, évolué depuis. Le pilote n’affiche pas une grande ambition, mais ce n’est pas vraiment gênant pour autant : voyez comment la « série phénomène phare de son époque » qui lui sert de lead-in, Desperate Housewives, s’est pris les pieds dans le tapis de son égocentrisme démesuré, à vouloir ressusciter l’esprit de Twin Peaks en le plongeant dans l’ambiance des grands soap operas des années 80, pour finir par se terminer, sans la grande fanfare tant attendue, dans l’indifférence quasi-généralisée, tant elle s’est perdue à faire dériver aléatoirement quatre actrices qui semblent évoluer dans des séries parallèles, devenues toutes aussi détestables les unes que les autres (Nicolette Sheridan aurait mieux fait d’intenter un procès pour avoir éliminé le seul personnage distrayant digne de ce nom), à échouer dans son désir d’être « décalée » pour répondre, chaque année, à une structure ronflante et préformatée, à n’avoir plus aucune cohérence dans l’évolution des personnages et de ses récits. GCB, comme Revenge – l’autre série d’ABC lancée cette année pour pallier à l’absence de la série qui fut une de celles emblématiques du regain d’intérêt pour le grand public et de la critique pour cette forme de fiction longtemps méprisée – avec qui elle partage bien des points communs, part comme elle d’un niveau assez bas pour ne pas risquer de décevoir et, par chance, peut-être aussi comme elle, bénéficier de l’effet de surprise en devenant un vrai bon « guilty pleasure ». Dans GCB, tout est faux, cliché, outrancier ( voir les seconds rôles masculins : le mari « J.R. Ewing » aussi bon conseiller qu’un senseï Miyagi, le mari graveleux et volage, le mari « closeted gay »), tant dans la direction artistique (ces couleurs et ces tenues affreusement criardes) que dans la morale. Mais au contraire de la majorité des critiques, je ne vois ce qu’il y a de si mauvais en cela. Au moins, elle ne risque pas de décevoir comme Suburgatory, qui s’est déjà pris au piège de son « décalage » à la Juno et de son second degré, et déjà reléguée aux oubliettes.

En plus de cette nouvelle comédie rose bonbon, cette semaine est assez gay-friendly, avec la première intrigue romantique entre hommes de Smash … entre le compositeur Tom (Christian Borle) et un avocat John  (Neal Bledsoe). Après un pilote prometteur et en dépit de ses défauts (dont l’horrible cliché de l’ado tête à claques – et mauvais acteur – l’insupportable personnage d’ Ellis, dans lequel, qui plus est, je ne me reconnais PAS DU TOUT), , la série continue néanmoins de captiver,  avec des petits détails comme cette histoire pour le moins intrigante. Intrigante en ce qu’elle ne part pas sur de très bonnes bases. Tom et  John se retrouvent dans la situation du « blind date » réunies par leurs mères respectives (ça, c’est bien) mais Tom adopte un comportement vachard et acerbe avec un homme somme toute adorable car il le trouve « ennuyeux », ou plutôt il trouve ennuyeux de sortir avec un « lawyer » adorable (ça, c’est nul). Le mieux dans cette storyline est la scène post-coïtum où ils se retrouvent tous deux, dans les draps, l’air vague, non pas d’extase mais, se confessent-ils  : leur premier plan Q était… naze!  Et ils en rient! Ça peut paraître anodin, mais je trouve ça assez subtil et audacieux que, pour une fois, non seulement une intrigue ne se focalise pas sur la tension sexuelle et que, de surcroît et contrairement à l’adage conservateur pro-gay ou homophobe, le sexe ne représente pas l’absolu de la relation chez deux homosexuels. Évacuée la tension par le rire plutôt que la sueur, Tom parvient enfin à créer un lien avec John et à le considérer différemment qu’un simple « plan ». L’épisode procure ainsi une conclusion rafraîchissante au traitement d’un sujet assez épineux.

Par contre, le miracle ne s’est toujours pas produit du côté d’Up All Night, une des nouvelles sitcoms du carré comédie des jeudis de NBC (avec Christina Applegate, Will Arnett, Jennifer Hall et Maya Rudolph) qui suit un couple dans une nouvelle dynamique pour eux, à savoir maman qui bosse et papa qui reste à la maison pour élever bébé. Cette semaine, le couple hétéro fait la rencontre d’un couple homo (dont l’un d’eux joué par l’US marshal de Bridesmaids), qu’il trouve suffisamment à son goût pour vouloir à tout prix les inclure dans leur groupe d’amis. On se demande bien pourquoi, tant le dit couple semble posé sur des rails routiniers qui tutoient visiblement celui de Modern Family. Vu par curiosité après m’être lassée assez vite de la série, cet épisode, à l’image des autres, m’a au moins arraché un sourire poli, toujours pour la même raison, soit la présence de la formidable Maya Rudolph.

En parlant de cette dernière, figure du Saturday Night Live, l’autre (relative) déception de la semaine était l’épisode du show culte  qui se targuait de mettre en avant le grand retour de Lindsay Lohan. On a bien vu hélas que malgré toute leur bonne volonté, ils n’ont pas osé miser grand chose sur elle – elle y apparaît, plus que comme hôtesse, comme une guest-star qui a droit à quelques lignes par ci et par là. Et quelque part, vu l’appréhension de l’ancienne Petite Chérie de l’Amérique, qui se repose trop ostensiblement sur la lecture du prompteur et déclame ses lignes sans maîtrise de contraste, on peut à la limite difficilement blâmer équipe du Saturday Night Live tant la jeune fille de 25 ans qui en paraît vingt de plus, égard à ses multiples retouches « Ivana Trumpesques », a encore du pain sur la planche pour retrouver sa bonne étoile. Les meilleurs moments de l’épisode reviennent à Kristen (son hystérie, l’absurdité de ses répliques dans le sketch façon When A Stranger Calls) et le skit « Real Housewives of Disney », dans lequel, lors de la présentation des personnages, Lindsay fut la seule à n’avoir pu décrocher un seul rire du public. La référence, dans le discours d’ouverture de Jimmy Fallon, à la « fille de The Help » (Emma Stone), même si consciente, doit sonner amère à ses oreilles. Aucune chance que ça m’arrive un jour, à moi !

Lundi 12 mars :

  • Alcatraz 1.10 – Sonny Burnett
  • Castle : diffusion de l’épisode 4.18 le 19 mars
  • Gossip Girl : diffusion de l’épisode 5.18 le 2 avril
  • How I met Your Mother diffusion de l’épisode 7.19 le 19 mars
  • Pretty Little Liars 2.24 – If These Dolls Could Talk
  • Skins (GB) 6.08 – Liv
  • Smash 1.06 – Chemistry
  • 2 Broke Girls : diffusion de l’épisode 1.19 le 19 mars

Mardi 13 mars :

  • Body of Proof 2.17 – Identity
  • Cougar Town 3.05 – A One Story Town
  • Glee : diffusion de l’épisode 3.15 le 10 avril
  • Justified 3.09 – Loose Ends
  • New Girl : diffusion de l’épisode 1.19 le 20 mars
  • Parenthood 3.18 – My Brother’s Wedding
  • Raising Hope 1.17 – Spanks Butt, No Spanks
  • Ringer 1.17 – What We Have Is Worth the Pain
  • Southland 4.09 – Risk
  • The River 1.07 – The Experiment
  • Unforgettable : diffusion de l’épisode 1.18 le 20 mars
  • 90210 1.18 – Blood Is Thicker Than Mud

Mercredi 14 mars :

  • Are You There, Chelsea? 1.10 – The Foodie
  • Happy Endings 2.18 – Party of Six
  • Law & Order : SVU : diffusion de l’épisode 13.17 le 11 avril
  • Modern Family 3.17 – Leap Day
  • Outland (Asutralie) 1.06 – Pride
  • Revenge : diffusion de l’épisode 1.18 le 18 avril
  • Suburgatory 1.17 – Independance Day
  • The Middle 3.19 – The Paper Route

Jeudi 15 mars :

  • Awake 1.03 – Guilty
  • Commmunity 3.15 – Urban Matrimony and the Sandwich Arts
  • Grey’s Anatomy 8.17 – One Step Too Far
  • Parks and Recreation : diffusion de l’épisode 4.19 le 19 avril
  • The Big Bang Theory : diffusion de l’épisode 5.20 le 22 mars
  • The secret Circle 1.16 – Lucky
  • The Vampire Diaries 3.16 – 1912
  • Touch : diffusion de l’épisode 1.02 le 22 mars
  • Up All Night 1.20 – Baby Fever
  • 30 Rock 6.12 – St. Patrick’s Day

Vendredi 16 mars :

  • Blue Bloods : diffusion de l’épisode 2.18 le 30 mars
  • Fringe : diffusion de l’épisode 4.15 le 23 mars
  • Grimm : pas de diffusion de l’épisode cette semaine
  • Nikita 2.16 – Doublecross
  • Spartacus : veangeance 2.08 – Balance
  • Supernatural 7.16 – Out With the Old

Samedi 17 mars :

  • The Firm 1.11 – Chapter Eleven

Dimanche 18 mars :

  • Desperate Housewives 8.17 – Women and Death
  • Californication 5.10 – Perverts & Whores
  • GCB 1.03 – Love is Patient
  • House Of Lies 1.08 – Veritas
  • Lost Girl (CA) 2.20 – Lachlan’s Gambit
  • Luck 1.08
  • Once Upon A Time 1.16 – Heart of Darkness
  • Shameless (US) 2.10 – A Great Cause
  • The Good Wife 3.18 – Gloves Come Off
  • The Walking Dead 2.13 – Beside the Dying Fire season finale
  • Upstairs, Downstairs (GB) 2.05 – The Last Waltz
Personnalités LGBT | Rewind | TV Shows | Veni Vidi Movie | 12.02.2012 - 10 h 55 | 1 COMMENTAIRES
Rewind: « Kill Your Darlings », « Week-end », Stephan Elliott, « Smash »

Étiquettes : , , , , ,

AMERICAN (& BRITISH) IDOLS

Cette semaine, on continue dans la série « l’histoire LGBT vue d’Hollywood, c’est trop cool ». Alors que, mercredi prochain, le public français va enfin pouvoir décider qui de David Cross (I’m Not There) ou de James Franco (Howl, qui sort mercredi) aura le mieux incarné Allen Ginsberg à l’écran, il faudra désormais ajouter à l’équation Daniel Radcliffe qui n’en finit plus, en reprenant le rôle du poète, de conforter son statut gay-friendly. Lors de la Berlinale, on a appris que Michael C. Hall, Jennifer Jason Leigh et Kyra Sedgwick viendraient étoffer encore plus le casting déjà impressionnant de Kill Your Darlings, où l’on retrouve déjà Ben Foster (William Burroughs, notre pédé junkie préféré), Jack Houston (sous les traits de Jack Kerouac), Elizabeth Olsen (sœur des célèbres jumelles, et révélation de Martha Marcy May Marlene), Dane deHaan (Chronicle) et Harry Potter himself donc.

Le film s’inspire d’un fait-divers où, en 1944 :  le journaliste Lucien Carr (deHaan) assassina son ami David Kammerer (Hall) et convoqua pour sa défense alors l’argument de «gay panic defence », réunissant les figures-phares de la « Beat Generation » qui défendirent leur ami inculpé. Si l’on aurait vite fait d’accorder un crédit à sa parole quand le méchant prédateur homosexuel prend les traits de Dexter Morgan, on se rappelle aussitôt qu’on avait repéré pour la première fois deHaan, comme Mia Wasikowska, dans la série In Treatment, en adolescent gay perturbé et instable, rôle qu’il conforte visiblement dans Chronicle. Ce projet alléchant est la première réalisation de John Krokidas et sera produit par l’iconique et inévitable productrice lesbienne, Christine Vachon, et la sortie du film est programmée aux US pour 2013.

Tom Cullen

Ce sont autant d’angles sur l’homosexualité, aussi réjouissants et qui semblent tellement inspirer les cinéastes, qui me donnent encore plus hâte de pouvoir découvrir le 28 mars le très attendu film du britannique Andrew Haigh, Week-end, découvert notamment en France à l’automne au festival « Chéries-Chéris » (dont certains Yaggeurs semble-t-il), qui promet d’être débarrassé de tous ces tics (aussi efficaces et nécessaires qu’ils peuvent s’avérer, face à l’histoire racontée) sur la caractérisation des homosexuels à l’écran, mais aussi ceux de certains cinéastes gays eux-mêmes, pouvant pêcher par excès de (auto?) complaisance, puisque le véritable tour de force du film est d’avoir réussi à séduire un public large, autant si ce n’est plus (à son échelle, cela va sans dire) que Brokeback Mountain, autour d’une simple histoire romantique entre deux hommes. On me rétorquera que, certes, le film d’Ang Lee n’est pas super jouasse non plus, et que, si ça se trouve, ils meurent à la fin! Le buzz s’est en tout cas développé de façon assez intrigante pour m’interpeller, et je suis ravi qu’un jeune inconnu comme Tom Cullen, non content de rafler bien des prix un peu partout, fasse la sensation avec un tel rôle, et qu’Andrew Haigh confirme son talent, après Greek Pete, bien au-delà du cercle des festivals. Assurément une de mes plus grandes attentes de l’année.

 

PRISCILLA QUI MANGE UN SVELTESSE, CA VOUS ETONNE?

Vous aussi, vous confond(i)ez John Cameron Mitchell avec Stephan Elliott? Bizarrement, non, me direz-vous, car si le public et la critique ont rapidement confirmé les espoirs placés en l’auteur d’ Hedwig and The Angry Inch, ils ont tout aussi vite fait de jeter l’éponge avec celui de Priscilla, folle du désert. Et pour cause, pour ceux qui ont avait vu le pénible Voyeur (remake de Mortelle Randonnée) et ne sont probablement pas dérangés pour Un Mariage de rêve, « costumade » et bluette peut-être sympathique mais déjà tombée dans l’oubli. Le cynique en moi n’a pu s’empêcher de soupçonner un potentiel « P.R. stunt » lorsque, il y a deux semaines, lors de la cérémonie des AACTA (Australian Academy of Cinema and Television Arts) Awards, il a fait, à 47 ans, son coming-out devant le gratin de l’industrie australienne :

Fondamentalement, j’avais peur de qui j’étais. En fait, j’étais terrifié à l’idée r d’être gay. Même après Priscilla, je me suis mis au vert parce que fondamentalement j’avais peur de ma famille. Et ce soir, je fais mon coming-out.

Mais en relativisant, il faut bien admettre qu’il n’est pas donné à tous d’avoir la force de caractère et la personnalité affirmée du réalisateur de Rabbit Hole, et que, vu de France, où ce n’est (pour la plupart) qu’une simple formalité, il n’est pas évident de concevoir que la sexualité d’un réalisateur, si elle ne constitue pas un atout, ou du moins juste un simple fait, puisse être un obstacle dans l’épanouissement d’une carrière. Or, si l’on croit ses termes, ce n’est ni l’un ni l’autre, mais d’abord une étape personnelle et d’un geste très intime, dont il n’appartient à personne de juger, surtout pas ceux qui se plairaient à se dire que pour eux, c’est une formalité, ça se fait comme de passer une lettre à la Poste. Il n’empêche que dans cette histoire, ce qui est le plus triste, c’est que, non seulement, bon nombre de spectateurs « supposaient » déjà l’éventualité de cet état de faits, mais que, de toute évidence, cela l’a clairement handicapé dans son évolution artistique. Reste à espérer qu’au moins, ça lui permette de faire de bons films maintenant parce que bon…

 

« THAT » ‘S ENTERTAINMENT

Je n’avais jamais remarqué que la Saint-Valentin pouvait constituer un prétexte calendaire de sweeps (périodes de ventes d’espaces publicitaires où les séries ont le potentiel de se faire un maximum de promotion et d’audience) , ce qui paraît évident pour un mois de février, mais ça l’est encore moins quand on se dit que, quand même, une série qui attendrait la moitié des épisodes diffusés pour développer les relations sentimentales de ses personnages pourrait ainsi trahir sa difficulté à les faire évoluer sur un rythme normal. Donc, pas de baiser gay pour moi dans cette semaine dans Happy Endings (je ne suis pas à jour, et j’aime pas les spoilers!) ni lesbien dans Glee (faut dire que j’ai arrêté avec les niaiseries estampillées Ryan Murphy). Surtout, que, de façon assez invraisemblable, j’ai trouvé celle qui la remplacera – ou plutôt, qui aura le potentiel d’accomplir tout ce qui manque à mes yeux dans la série de la FOX – dans mon coeur, et ce, en un seul épisode, c’est-à-dire la sensation Smash, le dernier bébé – et, à ce stade, dernière bouée de sauvetage – de NBC. Comme le fait remarquer YCCallmejulie, « vous échangerez les querelles inters couloirs du lycée de Glee pour les rivalités de jeunes actrices, les egos de metteur en scène et les problèmes financiers des producteurs ». Certes, ne soyons pas dupes, le postulat n’est pas sans facilités, et surfe allègrement, comme Glee avec American Idol, sur la vague des télé-crochets musicaux dont le  « lead-in » est The Voice, qui vient de trouver un bon tremplin en diffusant son « season premiere » à la suite du Super Bowl (qui a connu cette année un nouveau record d’audience – et qui lui-même s’est vu offrir une mini-polémique complètement pourrie mais toujours efficace quand il s’agit de faire parler de soi avec un doigt d’honneur de 1/38 de seconde par M.I.A. , invitée avec Nicki Minaj pour le show de mi-temps de Madonna).

Pour en revenir à Smash, ce qui est rafraîchissant est de se trouver devant des personnages d’adultes qui ne sont pas caractérisés comme des pisseuses de 14 ans: l’auteur (Debra Messing) et sa vie de famille chamboulée par sa vie professionnelle, l’envers peu reluisant d’un financement où une rancune personnelle peut mettre dans le coma la gestation de longue date d’un projet (Angelica Huston et son futur ex-mari qui n’hésite pas anéantir une production), la jeune ingénue (Katharine MacPhee, ex-« rebut » d’American Idol) déjà bien épanouie dans le privé qui ne renonce néanmoins pas à ses rêves, la méchante blonde (Megan Hilty, qui a fait ses preuves sur les planches et dont les courbes, enfin réalistes, se distinguent) qui n’est pas « méchante » (juste « blonde », comme Marylin) et surtout qui court le risque de voir ses rêves écrasés par la potentielle absence d’un « petit plus » malgré une formation professionnelle très carrée… Après, il y a bien d’autres clichés moins subtils, et son aspect semi-documentaire/« derrière les coulisses » peut se révéler à double tranchant s’il n’est pas transfiguré, mais c’est un des rares pilotes qui m’a donné envie de croire en son potentiel cette année – mais pas au moins d’être absolument émerveillé et bouche bée par les talents de la jeune ingénue, mais je lui laisse le bénéfice du doute. Souhaitons donc, que, même si comme certains ici, le label ne m’inspire pas plus confiance qu’il ne devrait à la base, il permettra, à l’instar d’autres séries produites par Monsieur Hollywood, de rester à l’antenne assez longtemps pour rectifier les quelques défauts de la série. Vu le naufrage qu’a connu Pan Am en termes d’audience après un début très prometteur, elle n’est pas à l’abri d’une dégringolade mais, encore une fois, je me surprends à avoir envie d’y croire, surtout quand les passages musicaux sont moyennement à mon goût – à la base, celui-ci aurait dû tuer ce projet dans l’oeuf pour moi, et pourtant… On saura assez vite de quoi il en retourne.

A l'heure américaine | 06.02.2012 - 15 h 04 | 6 COMMENTAIRES
A l’heure américaine : semaine 6 – 2012

Étiquettes : , , , ,

  

Cette semaine c’est la Saint-Valentin et le petit écran nous le fait savoir. Chez Grey’s Anatomy, l’épisode nous réserve, d’après la rumeur, une jolie scène de xxx pour Calzon. Côté Lost Girl, c’est le retour de Lauren (il était temps, parce que le nouvel homme dark fae semi-intello de Bo, bof – quoique à tout prendre je le préfère au loup-garou en mal d’amour). La Saint-Valentin marque aussi le retour des des Desperate Housewives après une pause de trois semaines. Sinon, à ne pas manquer la performance de Ricki Martin dans Glee (voir ICI) en attendant, l’épisode Saint-Valentin, qui sera diffusé la semaine prochaine et qui devrait donner un peu de visibilité à Brittana.

Côté nouveauté (enfin si on peut dire, vu que la chaine diffuse en streaming le pilote depuis presque un mois), c’est l’arrivée le lundi de Smash, la série musicale ou les tribulations d’une troupe qui cherche à monter un spectacle sur Marilyn Monroe. Je n’ai qu’un mot : si vous aimez Broadway, foncez! Vous échangerez les querelles inters couloirs du lycée de Glee pour les rivalités de jeunes actrices, les egos de metteur en scène et les problèmes financiers des producteurs. Depuis la semaine dernière (mea maxima culpa, je ne vous le signale que maintenant), HBO a lancé sa série en 9 épisodes, Luck, avec Dustin Hoffman sur le milieu des courses de chevaux. Il faudra aussi compter le mardi avec The River, une nouveauté entre documentaire et fiction : au coeur de l’Amazonie, fasicnante et effrayante, une équipe part à la recherche d’un aventurier, star de la télévision, porté disparu… (bouh, j’ai peur).

Cette semaine, c’est le final de la série canadienne Bomb Girls, dont je vous avais déjà parlée et qui compte un personnage lesbien (à lire l’interview de l’actrice qui tient le rôle sur AfterEllen). A l’inverse, c’est le retour de Walking Dead (bouh, j’ai peur – again).

http://youtu.be/wK99CKur-ZU

Côté changement de grille, The Firm, adapté du film éponyme avec Tom Cruise, bascule au samedi. Les résultats d’audience sont plus que moyens et ça sent déjà l’annulation.

Lundi 06 février :

  • Alcatraz 1.05 – Guy Hastings
  • Castle 4.14 – The Blue Butterfly
  • Gossip Girl 5.14 – The Backup Dan
  • How I met Your Mother 7.15 – The Burning Beekeeper
  • Pretty Little Liars 2.19 – The Naked Truth
  • Skins (GB) 6.03 – Alex
  • Smash 1.01 – Pilote
  • 2 Broke Girls 1.15 – And The Blind Spot

Mardi 07 février :

  • Body of Proof : diffusion de l’épisode 02.14 le 14 février
  • Glee 3.12 – The Spanish Teacher
  • Justified 3.04 – The Devil You Know
  • New Girl 1.12 – The Landlord
  • Parenthood 3.15 – Politics
  • Raising Hope 2.13 – Tarot Cards
  • Ringer 1.12 – What Are You Doing Here, Ho-Bag?
  • Southland 4.04 – Identity
  • The River 01.01 /1.02 – Pilote / Marbeley
  • Unforgettable 1.14 – Carrie’s Caller
  • 90210 4.16 – No Good Deed

Mercredi 08 février :

  • Are You There, Chelsea? 1.05 – The Gynecologist
  • Bomb Girls (CA) 1.06 – Elements of Surprise
  • Happy Endings 2.13 – The St. Valentine’s Day Maxssacre
  • Modern Family 3.14 – Me? Jealous?
  • Law & Order : SVU 13.13 – Father’s Shadow
  • Suburgatory 1.13 – Sex and the Suburbs
  • The Middle 3.15 – Valentine’s Day III
  • Touch : diffusion de l’épisode 1.02 le 19 mars

Jeudi 09 février :

  • Grey’s Anatomy 8.14 -All You Need Is Love
  • Parks and Recreation : pas de diffusion cette semaine
  • The Big Bang Theory 5.16 – The Vacation Solution
  • The Vampire Diaries 3.14 – Dangerous Liaisons
  • Up All Night 1.15 – Day After Valentine’s Day
  • 30 Rock 6.06 – Hey, Baby, What’s Wrong

Vendredi 10 février :

  • Blue Bloods 2.13 – Leap of Faith
  • Fringe 4.12 – Welcome to Westfield
  • Grimm 1.11 -Tarantella
  • Nikita 2.14 – Rogue
  • Spartacus : veangeance 2.03 – The Greater Good

Samedi 11 février :

  • The Firm 1.07 – Chapter Seven

Dimanche 12 février :

  • Desperate Housewives 8.13- Is This What You Call Love ?
  • Californication 5.06 – Love Song
  • House Of Lies 1.06 – Our Descent Into Los Angeles
  • Lost Girl (CA) 2.16 – School’s Out
  • Luck 1.03
  • Once Upon A Time 1.12 – Skin Deep
  • Pan Am 1.13 – Romance Languages
  • Shameless (US) 2.06 – Can I Have a Mother
  • The Good Wife : diffusion de l’épisode 3.15 le 19 février
  • The Walking Dead 2.08 – Nebraska
Non classé | TV Shows | 16.12.2011 - 11 h 41 | 6 COMMENTAIRES
Smash : la nouvelle série musicale produite par Spielberg

Étiquettes : , , , , , , ,

Vous aimez le musical, vous vous accrochez à Glee à cause des numéros chantés mais vous commencez à vous lasser des histoires d’adolescents en mal d’amour? Février risque de vous fournir ce qui vous manquait avec Smash, une nouvelle série musicale qui s’adresse un peu plus aux adultes et surtout aux fans de Broadway. L’histoire raconte la création d’une comédie musicale sur la vie de Marilyn Monroe et suit, entre autres, le parcours d’une jeune fille de province qui veut devenir un star une vraie, jouée par Katharine McPhee. L’actrice nous précise :

Ce que j’apprécie dans cette série, c’est la variété des points de vue. Vos suivez la perspective de l’auteur, celle du producteur, du chorégraphe, du metteur en scène et bien sûr des acteurs. C’est une série sur la création d’un spectacle.

Première info donc : Steven Spielberg est un de producteurs. Serait-ce un gage de qualité ? Quand on voit les noms au casting, on peut commencer à y croire. Honneur aux dames et aux grandes. Smash nous permet de revoir l’incomparable Angelica Huston sur petit écran (après un passage dans la série Medium) dans le rôle de la productrice, Uma Thurman dans celui d’une star de cinéma capricieuse (tiens, ça me rappelle quelque chose). Côté acteurs de séries qui ont fait leur preuve : Debra Messing (la Grace de Will, yes!) dans le rôle de l’auteur, Jack Davenport (Lloyd Simcoe dans Flashforward) dans le rôle de metteur en scène. Franchement, ça motive.

Pour finir de vous convaincre , voici la bande-annonce :

http://youtu.be/3U_SlMpFJvk

Le pilote sera diffusé le le 6 février 2012 sur NBC et perso, je serais au taquet.

Publicité